07-08 Particularités du déroulement des messes concélébrées

IGMR. 205. La messe concélébrée s’organise, quelle qu’en soit la forme, selon les règles à observer communément (cf. nn. 112-198), en les conservant ou en les changeant sur les points indiqués ci-dessous.

IGMR. 206. Personne ne sera jamais admis à concélébrer une fois la messe commencée.

207. On préparera dans le sanctuaire :

  • a) des sièges et des livrets pour les prêtres qui concélèbrent ;
  • b) à la crédence, un calice de contenance suffisante, ou plusieurs calices.

IGMR. 208. Si, à une messe concélébrée, il n’y a pas de diacre, quelques-uns des concélébrants accompliront ses fonctions propres.

S’il n’y a pas non plus d’autres ministres, quelques fidèles capables peuvent être chargés de leurs fonctions propres ; sinon, quelques-uns des concélébrants les rempliront.

IGMR. 209. Les concélébrants revêtent à la sacristie ou dans un autre local approprié les vêtements liturgiques qu’ils ont l’habitude de prendre lorsqu’ils célèbrent individuellement. S’il y a un juste motif, par exemple un nombre très élevé de concélébrants, et que l’on manque d’ornements, les concélébrants, excepté toujours le célébrant principal, pourront se passer de chasuble, en prenant l’étole sur l’aube.

Note du webmaster : dans la mesure où les prêtres sont toujours prévenus à l’avance lors des concélebrations, il suffit de préciser la couleur de la chasuble que chacun amènera pour qu’on ne manque pas de chasuble. C’est donc par laxisme qu’on laisse des concélebration se faire avec de nombreux prêtres révêtant seulement l’étole.

Ouverture de la célébration

IGMR. 210. Lorsque tout est bien préparé, on se rend à l’autel, ordinairement, en procession à travers l’église. Les prêtres concélébrants précèdent le célébrant principal.

IGMR. 211. Lorsqu’ils sont parvenus à l’autel, les concélébrants et le célébrant principal, après avoir fait une inclination profonde, baisent l’autel en signe de vénération, puis gagnent les sièges qui leur ont été attribués. Le célébrant principal, s’il le juge bon, encense la croix et l’autel, après quoi il gagne son siège.

Lectures et Evangile

IGMR. 212. Pendant la liturgie de la Parole, les concélébrants se tiennent à leur place. Ils s’asseyent et se lèvent comme le célébrant principal.

Quand l’évêque préside, le prêtre qui, en l’absence d’un diacre, proclame l’Evangile, lui demande la bénédiction et la reçoit. Cela ne se fait pas si c’est un prêtre qui préside.

IGMR. 213. Ordinairement le célébrant principal tient l’homélie, ou bien c’est l’un des concélébrants.

Liturgie eucharistique

IGMR. 214. Le célébrant principal fait la préparation des dons (cf. nn. 139-145), les autres concélébrants restant à leur place.

IGMR. 215. Une fois la prière sur les offrandes dite par le célébrant principal, les concélébrants s’approchent de l’autel et se disposent tout autour, mais de façon à ne pas gêner l’accomplissement des rites et à permettre aux fidèles de bien voir l’action sacrée ; ils ne doivent pas non plus gêner le diacre lorsque celui-ci, en raison de son ministère, doit s’approcher de l’autel.

S’il y a plusieurs concélébrants, le diacre s’acquittera de son ministère à l’autel, en faisant le service du calice et du missel. Il se tiendra cependant, autant que possible, un peu en retrait, derrière eux.

Manière de dire la prière eucharistique

IGMR. 216. La préface est chantée ou dite uniquement par le prêtre célébrant principal. Mais le Sanctus est chanté ou récité par tous les concélébrants avec le peuple et la chorale.

IGMR. 217. Lorsque le Sanctus est achevé, les prêtres concélébrants poursuivent la prière eucharistique de la manière décrite ci-dessous. Seul, le célébrant principal fait les gestes, à moins d’indication différente.

IGMR. 218. Les parties prononcées par tous les concélébrants ensemble, et surtout les paroles de la consécration, que tous sont tenues d’exprimer, doivent être dites à mi-voix, si bien que l’on entende clairement la voix du célébrant principal. De cette manière, le texte est mieux compris par le peuple.

Il est bien de chanter les parties qui doivent être dites ensemble par tous les concélébrants et qui sont pourvus de notes musicales.

Prière eucharistique I (Canon romain)

GMR 219. Dans la prière eucharistique I, ou Canon romain, le célébrant principal seul, les mains étendues, dit : Père infiniment bon.

IGMR. 220. Il convient de confier à un ou à deux concélébrants le Memento des vivants (Souviens-toi), et le Communicantes (Dans la communion) ; chacun dit ces prières seul, les mains étendues et à haute voix.

IGMR. 221. Voici l’offrande est dit de nouveau par le célébrant principal seul, les mains étendues.

IGMR. 222. De Sanctifie pleinement à Nous t’en supplions, le célébrant principal fait seul les geste, mais tous les concélébrants disent ensemble tous les textes de la façon suivante:

a) Sanctifie pleinement, les mains étendues vers les dons.
b) La veille de sa passion, les mains jointes.
c) Les paroles du Seigneur, en étendant la main droite, si on le juge opportun, vers le pain et le calice ; à l’élévation, les concélébrants regardent l’hostie et le calice, et ensuite s’inclinent profondément.
d) C’est pourquoi et Et comme il t’a plu, les mains étendues.
e) Nous t’en supplions, inclinés et les mains jointes jusqu’aux mots afin qu’en recevant ici, et ensuite ils se relèvent et se signent aux paroles nous soyons comblés de ta grâce et de tes bénédictions.

IGMR. 223. Il convient de confier le Memento des défunts (Souviens-toi), et le Et nous, pécheurs à un ou à deux concélébrants ; chacun dit ces prières seul, les mains étendues et à haute voix.

IGMR. 224. Aux mots Et nous, pécheurs tous les concélébrants se frappent la poitrine.

IGMR. 225. C’est par lui est dit par le célébrant principal seul.

Prière eucharistique II

IGMR. 226. Dans la prière eucharistique II, Toi qui es vraiment saint est dit par le célébrant principal seul, les mains étendues.

IGMR. 227. Depuis Sanctifie ces offrandes jusqu’à Humblement nous te demandons, tous les concélébrants disent ensemble tous les textes, de la manière suivante:

  • a) Sanctifie ces offrandes, en étendant les mains vers les dons.
  • b) Au moment d’être livré et De même, les mains jointes.
  • c) Les paroles du Seigneur, en étendant la main droite, si on le juge opportun, vers le pain et le calice ; à l’élévation les concélébrants regardent l’hostie et le calice et ensuite s’inclinent profondément.
  • d) Faisant ici mémoire et Humblement nous te demandons, les mains étendues.

IGMR. 228. Il convient de confier les intercessions pour les vivants : Souviens-toi, Seigneur et pour les défunts : Souviens-toi aussi à un ou deux concélébrants dont chacun dit ces prières seul, les mains étendues.

Prière eucharistique III

IGMR. 229. Dans la prière eucharistique III, Tu es vraiment saint est dit par le célébrant principal seul, les mains étendues.

IGMR. 230. Depuis C’est pourquoi nous te supplions jusqu’à Regarde, Seigneur, tous les concélébrants disent ensemble tous les textes, de la manière suivante:

  • a) C’est pourquoi nous te supplions les mains étendues vers les dons.
  • b) La nuit même où il fut livré, et De même, les mains jointes.
  • c) Les paroles du Seigneur en étendant la main droite, si on le juge opportun, vers le pain et le calice ; à l’élévation, les concélébrants regardent l’hostie et le calice et ensuite s’inclinent profondément.
  • d) En faisant mémoire et Regarde, Seigneur, les mains étendues.

IGMR. 231. Il convient de confier les intercessions : Que l’Esprit Saint fasse de nous et Et maintenant, Seigneur à un ou deux concélébrants, dont chacun dit ces prières seul, les mains étendues.

Prière eucharistique IV

IGMR. 232. Dans la prière eucharistique IV Père très saint, nous proclamons jusqu’à achève toute sanctification est dit par le célébrant principal seul, les mains étendues.

IGMR. 233. Depuis Que ce même Esprit Saint jusqu’à Regarde, Seigneur, tous les concélébrants disent ensemble tous les textes, de la manière suivante:

  • a) Que ce même Esprit Saint, les mains étendues vers les dons.
  • b) Quand l’heure fut venue et De même, les mains jointes.
  • c) Les paroles du Seigneur en étendant la main droite, si on le juge opportun, vers le pain et le calice ; à l’élévation, les concélébrants regardent l’hostie et le calice et ensuite s’inclinent profondément.
  • d) Voilà pourquoi, Seigneur et Regarde, Seigneur, les mains étendues.

IGMR. 234. Il convient de confier les intercessions à partir de Et maintenant, Seigneur à l’un des concélébrants qui les dit seul, les mains étendues.

IGMR. 235. Pour les autres prières eucharistiques approuvées par le Saint-Siège, on observera les normes établies pour chacune d’elles.

IGMR. 236. La doxologie finale de la prière eucharistique est prononcée par le prêtre célébrant principal habituellement avec tous les concélébrants mais non par les fidèles.

Rites de communion

IGMR. 237. Ensuite, le célébrant principal, les mains jointes, dit la monition qui précède l’oraison dominicale et ensuite, les mains étendues, dit avec les autres concélébrants, les mains étendues aussi, et avec tout le peuple l’oraison dominicale elle-même.

IGMR. 238. Délivre-nous est dit par le célébrant principal seul, les mains étendues. Tous les concélébrants, avec le peuple, prononcent l’acclamation finale : Car c’est à toi qu’appartiennent.

IGMR. 239. Après la monition du diacre ou, en son absence, d’un concélébrant : Frères, donnez-vous la paix du Christ, tous se donnent la paix mutuellement. Ceux qui sont les plus rapprochés du célébrant principal reçoivent de lui la paix avant le diacre.

IGMR. 240. Pendant qu’on dit l’Agnus Dei, les diacres ou quelques-uns des concélébrants peuvent aider le célébrant principal à rompre les hosties pour la communion des concélébrants et celle du peuple.

IGMR. 241. Lorsque l’immixtion est accomplie, seul le célébrant principal dit à voix basse l’une des deux prières Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu vivant ou Seigneur Jésus Christ, que cette communion.

IGMR. 242. Lorsque la prière avant la communion est achevée, le célébrant principal fait la génuflexion et s’écarte un peu. Les concélébrants, l’un après l’autre, viennent au milieu de l’autel, font la génuflexion, prennent à l’autel le Corps du Christ avec respect, le gardent dans la main droite posée sur la main gauche et retournent à leur place. Cependant les concélébrants peuvent rester à leur place et prendre le Corps du Christ sur la patène, que tiennent le célébrant principal ou l’un ou plusieurs des concélébrants qui passent devant eux ; ou bien, ils se transmettent la patène de l’un à l’autre jusqu’au dernier.

Ensuite, le célébrant principal prend l’hostie consacrée à cette messe et, en la tenant un peu élevée au-dessus de la patène ou du calice, tourné vers le peuple, il dit : Voici l’Agneau de Dieu et il poursuit en disant, avec les concélébrants et le peuple : Seigneur, je ne suis pas digne.

IGMR. 244. Puis, le célébrant principal, tourné vers l’autel, dit à voix basse : Que le Corps du Christ me garde pour la vie éternelle, et il consomme avec respect le Corps du Christ. Les concélébrants font de même, en se communiant eux-mêmes. Après eux, le diacre reçoit du célébrant principal le Corps du Seigneur.

IGMR. 245. Ils peuvent consommer le Sang du Christ soit en buvant directement au calice, soit par intinction, soit en employant un chalumeau, ou une cuiller.

IGMR. 246. Si la communion se fait en buvant directement au calice, on peut employer une des manières suivantes.

  • a. Le célébrant principal prend le calice et dit à voix basse : Que le Sang du Christ me garde pour la vie éternelle, consomme un peu du Précieux Sang, et remet le calice au diacre ou à un concélébrant. Il distribue ensuite la communion aux fidèles (cf. nn. 160-162). Les concélébrants, un par un, ou deux par deux si l’on emploie deux calices, s’approchent de l’autel, font la génuflexion, consomment le Précieux Sang, essuient le bord du calice et reviennent à leur siège.
  • b. Le célébrant principal consomme le Sang du Seigneur en se tenant, comme d’habitude, au milieu de l’autel. Restant à leur place, les concélébrants peuvent consommer le Sang du Seigneur en buvant au calice que leur présente le diacre ou l’un des concélébrants ; ou encore en se le transmettant de l’un à l’autre. Le calice est toujours essuyé, soit par celui qui boit, soit par celui qui présente le calice. Chacun, après avoir communié, retourne à son siège.

RS. 97. Chaque fois qu’il célèbre la sainte Messe, le prêtre doit communier à l’autel, au moment fixé par le Missel. En revanche, les concélébrants doivent communier avant de procéder à la distribution de la Communion. Le prêtre célébrant ou concélébrant ne doit jamais attendre que la Communion du peuple soit achevée pour communier lui-même.[183]

RS. 98. La Communion des prêtres concélébrants doit se dérouler selon les normes prescrites par les livres liturgiques, en utilisant toujours des hosties, qui sont consacrées au cours de la Messe elle-même;[184] de plus, la Communion doit toujours être reçue par tous les concélébrants sous les deux espèces. Il faut noter que, lorsque le prêtre ou le diacre donne la sainte hostie ou le calice aux concélébrants, il ne doit rien dire, c’est-à-dire qu’il ne prononce pas les paroles: «le Corps du Christ» ou «le Sang du Christ».

RS. 99. La communion sous les deux espèces est toujours permise «aux prêtres qui ne peuvent pas célébrer ou concélébrer».[185]

IGMR. 247. Le diacre consomme avec respect à l’autel ce qui reste du Sang du Christ, en se faisant aider, le cas échéant, par quelques-uns des concélébrants, puis il porte le calice à la crédence. Là, lui-même ou un acolyte institué le purifie, l’essuie et le range comme à l’ordinaire (cf. n. 183).

IGMR. 248. On peut encore organiser la communion des concélébrants de telle manière que chacun communie au Corps du Christ à l’autel et, aussitôt après, au Sang du Seigneur.

En ce cas, le célébrant principal communie sous les deux espèces comme à l’accoutumée (cf. n. 158), mais, à chaque fois , en observant pour la communion au calice le rite utilisé par les autres concélébrants.

Après la communion du célébrant principal, on dépose le calice au-dessus d’un autre corporal sur un côté de l’autel. Les concélébrants montent au milieu de l’autel l’un après l’autre, font la génuflexion et communient au Corps du Seigneur ; puis ils passent sur le côté de l’autel et consomment le Sang du Seigneur, selon le mode choisi pour la communion au calice comme on l’a dit précédement..

La communion du diacre et la purification du calice se font comme décrit plus haut.

IGMR. 249. Si la communion des concélébrants se fait par intinction, le célébrant principal prend le Corps et le Sang du Seigneur de la manière habituelle, en veillant seulement à ce qu’il reste dans le calice assez de vin consacré pour la communion des concélébrants. Puis, le diacre ou l’un des concélébrants dispose convenablement le calice au milieu ou sur un côté de l’autel, sur un autre corporal, avec une patène contenant des parcelles d’hostie.

Les concélébrants, l’un après l’autre, s’approchent de l’autel, font la génuflexion, prennent une parcelle , en trempent une partie dans le calice et, en mettant la patène au-dessous de leur bouche, consomment l’hostie trempée, puis ils regagnent leurs places du début de la messe.

C’est aussi par intinction que le diacre communie. Il répond Amen à un concélébrant qui lui dit : Le Corps et le Sang du Christ. Le diacre consomme à l’autel tout le vin consacré qui reste, en se faisant aider, le cas échéant, par quelques concélébrants, et porte le calice à la crédence. Là, lui-même ou l’acolyte institué le purifie, l’essuie et le range comme à l’ordinaire.

Rite de conclusion

IGMR. 250. Le célébrant principal, à son siège, fait tout le reste comme d’habitude (cf. nn. 166-169), jusqu’à la fin de la messe, les concélébrants demeurant à leurs sièges.

IGMR.. 251. Avant de quitter l’autel, ils font devant lui une inclination profonde. Le célébrant principal vénère, comme d’habitude, l’autel par un baiser.