08-4 Les fleurs

CE. 252. [Au temps du Carême] [a] Il est interdi de fleurir l’autel. (…)

CE. 48. (…) On ne parera pas l’autel de fleurs du Mercredi des Cendres jusqu’à l’hymne Gloria in excelsis de la Vigile Pascale ainsi qu’aux célébrations des défunts. Ceci excepté le dimanche Lætare et les solennités et fêtes.

Note du webmaster : le Cérémonial des Evêques, en son article 236 dit notamment à propos des fleurs qu’il convient de les arranger “avec talent en rapport avec le temps célébré”. On pourra notamment conserver une tradition florale qui consiste à réaliser des bouquets dont les couleurs suivent celle du temps liturgique. C’est une manière supplémentaire de vivre et faire vivre le calendrier.
L’art floral, comme son nom l’indique, est constitué de fleurs. Aussi, lorsqu’en Carême on cesse de fleurir l’autel, il est fort douteux de remplacer cette beauté naturelle par une laideur constituée de branches mortes (voire de cailloux). Supprimer ce qui réjouit l’œil ne signifie pas pour autant qu’il faille le mortifier… D’autant que ceux qui ont promu cette expression ont dans le même temps fait disparaître l’usage de voiler les croix et statues au prétexte que “c’est triste”. Enfin il faut rappeler qu’on ne peut pas “décorer” avec du laid, puisqu’en latin “decora” signifie “beau”.