08-9 Organisation du cortège

IGMR 120. Lorsque le peuple est rassemblé, le prêtre et les ministres, portant les vêtements liturgiques, s’avancent vers l’autel, dans l’ordre suivant :

  • a) le thuriféraire avec l’encensoir fumant, si l’on emploie l’encens;
  • b) les ministres qui portent les cierges, et au milieu d’eux, l’acolyte ou un autre ministre avec la croix;
  • c) les acolytes et les autres ministres;
  • d) le lecteur, qui peut porter un peu élevé l’Evangéliaire mais non le lectionnaire ;
e) le prêtre qui va célébrer la messe.

Si l’on emploie l’encens, le prêtre met de l’encens dans l’encensoir avant le départ de la procession et le bénit d’un signe de croix sans rien dire.

CE. 128. [Quand il y a l’Evêque] Alors commence le chant d’entrée, la procession se fait de la sacristie vers le choeur selon cet ordre :

  • – le thuriféraire avec l’encensoir fumant
  • 
- un autre acolythe portant la croix, avec le crucifix tourné vers l’avant, au milieu des sept, ou au moins deux, acolytes portant les candélabres avec les cierges allumés
  • – les autres diacres, s’ils sont là, deux par deux
  • 
- les prêtres concélébrants deux par deux
  • 
- l’Evêque entrant seul, coiffé de la mitre et portant la crosse de la main gauche, bénissant de la main droite
  • 
- un peu en arrière de l’Evêque, les deux diacres qui l’assistent
  • – enfin les porte-insignes du livre, de la mitre et de la crosse.

Si la procession passe devant la chapelle du Saint-Sacrement, nul ne s’arrête ni ne fait de génuflexion.

IGMR 210. Lorsque tout est bien préparé, on se rend à l’autel, ordinairement, en procession à travers l’église. Les prêtres concélébrants précèdent le célébrant principal.

IGMR 172. Le diacre, portant un peu élevé l’Évangéliaire, marche devant le prêtre qui se rend à l’autel ; sinon, il s’avance à côté de lui.

Note du webmaster : il est sous-entendu que le prêtre, dans le cortège, marche dans le milieu de l’allée, et que le diacre est sur son côté, ceci afin que la prééminence du célébrant reste signifiée.

IGMR 194. En l’absence d’un diacre, lorsqu’on se rend à l’autel, le lecteur, portant un vêtement approuvé, peut porter, en l’élevant un peu, l’évangéliaire. Dans ce cas, il marche devant le prêtre. Autrement, il se place avec les autres ministres.

Note du webmaster : ce qui veut dire que la lecture revient, avant toute chose, à un ministre institué Lecteur qui de plus porte le vêtement de choeur.
 D’autre part il n’est pas dit qu’une personne en vêtement laïc puisse porter l’Evangéliaire.
 Enfin l’Evangile est porté ainsi parce qu’il nous révèle le Christ. Si le livre contient autre chose, ce n’est pas un Evangile, ou un Evangéliaire (c’est-à-dire “livre contenant l’Evangile”). Donc on ne doit pas porter le lectionnaire, qui est formé d’extraits de toute la Bible, à la place de l’Evangéliaire. Si on ne possède pas d’Evangéliaire, on ne porte pas d’autre livre en procession. Le CE précise d’autre part que le livre est élevé avec modération, et non pas au-dessus de la tête comme on le voit parfois.