10-09 La fraction de l’hostie et l’immixtion

Note du webmaster : par “immixtion” on désigne signifie l’union du Corps et du Sang du Christ dans le rite eucharistique.

IGMR 267. Puis, pendant qu’il dit l’Agnus Dei avec le ministre, le prêtre rompt l’hostie au-dessus de la patène. Une fois achevé l’Agnus Dei il fait l’immixtion en disant à voix basse : Que le Corps et le Sang.

RS. 73. Dans la célébration de la sainte Messe, la fraction du pain eucharistique commence après l’échange de la paix, pendant que l’on dit l’Agnus Dei; elle est accomplie seulement par le prêtre célébrant, et, si le cas se présente, avec l’aide d’un diacre ou d’un concélébrant, mais jamais d’un laïc. En effet, le geste de la fraction du pain «accompli par le Christ à la dernière Cène et qui, depuis l’âge apostolique, a donné son nom à toute l’action eucharistique, signifie que les multiples fidèles, dans la Communion à l’unique pain de vie, qui est le Christ, mort et ressuscité pour le salut du monde, deviennent un seul corps (1 Co 10, 17)». C’est pourquoi il faut accomplir ce rite avec le plus grand respect. Cependant, sa durée doit être brève. Il est très urgent de corriger l’abus, qui se répand dans certains lieux, de prolonger ce rite sans nécessité, y compris avec l’aide de laïcs, contrairement aux normes, et de lui attribuer une importance exagérée.