10-01 Le chant de l’offertoire

Note du webmaster : il n’existe aucune rubrique indiquant qu’on doit exécuter un chant ou une pièce instrumentale lorsque débute l’offertoire.
On constate que l’antienne d’offertoire a tout simplement disparu du Missel, ce qui est très surprenant car cela n’apporte rien à la réforme liturgique.
Très curieusement, cette disparition met en cause son existence, en tant que chant du propre, dans les livres de chant grégorien. Or les éditions de l’Abbaye de Solesmes, qui sont validées de fait par l’Eglise, contiennent toujours cette antienne car il est impensable d’effacer d’un “trait de plume” un tel héritage patrimonial.

Mais cette disparition est également surprenante du fait qu’aucun décret ni aucune instruction n’est parue pour faire disparaître cette antienne. Certes le texte est inexistant dans le Missel, et donc le prêtre ne peut la dire. Mais puisqu’il existe dans les livres grégoriens, on peut considérer que ceux-ci étant valides, le chœur peut la chanter. Et si l’antienne d’offertoire grégorienne peut être chantée, comment peut-on interdire de la chanter aussi en polyphonie si elle existe sous cette forme ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette disparition dans le Missel est pour le moins troublante, et peut même, par sa survenue silencieuse et inexpliquée, être ressentie comme assez étrange.