03-3 Respect des abords immédiats de l’autel

RLDE. I A 2 a). (…) [Le marchepied de l’autel (c’est-à-dire les marches)] n’a pas seulement pour but de rendre l’autel plus visible, mais de le séparer du sanctuaire : dans un lieu saint, les abords immédiats de l’autel constituent un lieu encore plus sacré. Seul le prêtre demeure en permanence sur le marchepied durant la liturgie eucharistique ; ses ministres ne doivent y accéder que pour remplir un ministère et en descendre aussitôt.

Note du webmaster : dans la mesure où beaucoup d’autels face au peuple on été construits de plain pied avec le sol, notamment dans les petites églises, cette distinction a disparu. Dans beaucoup d’églises où le choeur devient malheureusement un lieu de circulation ordinaire, il est difficile de faire admettre que les abords immédiats de l’autel sont dédiés à la médiation entre le Ciel et la terre, qui est la mission du prêtre seul. On devra au moins expliquer aux enfants de choeur que durant leur service ils doivent ne pas se tenir « collés » à l’autel, mais laisser l’exclusivité de cette intimité au prêtre célébrant.