Le Chant grégorien – L’accompagnement fondamental : partitions

Cette série d’accompagnement du propre grégorien est d’abord réalisée pour la forme extraordinaire puisque le répertoire grégorien y est obligatoirement pratiqué. Lorsque les accompagnements existent aussi pour la forme ordinaire, ils sont signalés par les signe = ou (voir en bas de page pour plus d’information à ce sujet).

La mise en ligne de ces partitions à commencé le 15 mars 2021. Actuellement 65 accompagnement de propres ont été testés par trois fois en situation réelle (donc sur une durée de trois ans). Il reste à les mettre en page sur informatique. Ils seront progressivement mis en ligne en commençant par les plus hauts degrés de solennité.

701 – Ascension ≠
801 – Pentecôte =
900 08 15 – Assomption ≠
900 11 01 – Toussaint =

Messe de Mariage ≠ avec Messe VIII et antiennes mariales
Messe des Défunts ≠

Messe VIII « des Anges »
Messe XI (publication repoussée à dernière semaine d’octobre 2021)

Les quatre antiennes à la B. V. Marie

A propos du classement ci-dessus : les numéros d’ordre ci-dessus classent les circonstances du calendrier :

  • De 101 à 825 : du 1er dimanche de l’Avent au Christ Roi
  • A partir de 900 : fêtes à dates fixes, avec pour suffixe le mois et le jour, par exemple « 900 11 01 – Toussaint »
  • Suffixe « m » : il est ajouté pour les fêtes mobiles. Par exemple, après le 3ème Dim. de l’Epiphanie qui est numéroté 215, on trouve « 299m – Noël – St-Nom de Jésus ».

En raison de la priorité donnée à la réalisation pour la forme extraordinaire, il faut prêter attention à certains décalages, par exemple le « 1er dimanche après Pâques » est devenu, dans le calendrier de la forme ordinaire le « 2ème dimanche de Pâques », introduisant des décalages dont personne n’avait besoin. La liste y sera adaptée dans la mesure du possible…

A propos des partitions pour la forme ordinaire : il est un fait que le chant grégorien est très peu pratiqué dans la forme ordinaire, et donc que la demande est bien plus faible que pour la forme extraordinaire. De plus il est assez fréquent que le propre chanté ait été remanié – notamment en raison du cycle de trois ans – avec pour conséquence d’exiger un important travail supplémentaire. La mise en ligne des accompagnements qui n’existent que dans la forme ordinaire ne sont donc pas prioritaires.
Pour autant il existe des similitudes de répertoire entre les deux formes :
– si, pour un jour donné, le propre est intégralement identique, il est signalé par le signe =
– si le propre n’est que partiellement identique (en raison du cycle de trois ans notamment ou des choix multiples mentionnés dans le Gradule Triplex), il est signalé par le signe
– s’il n’y a pas de signe ajouté, c’est qu’aucun accompagnement spécifique à la forme ordinaire n’a été réalisé.
Enfin, il faut noter :
– que dans le cas des similitudes, l’introït et la communion ont perdu le verset du Gloria Patri dans les éditions pour la forme ordinaire, pour des raisons qui n’ont jamais été expliquées par l’Abbaye de Solesmes. La communion a par contre reçu des renvois vers des versets de psaumes, qu’il faudra adapter sur les tons utilisés dans la forme extraordinaire pour le Gloria Patri. Ces réalisations demandent d’être rompu à la pratique de la psalmodie latine.
– que l’antienne d’offertoire a intégralement disparu du Missel dans son édition de 2000, lequel ne concerne en réalité que la messe lue, durant laquelle le prêtre ne dit pas l’antienne d’offertoire. De ce fait, pour la messe chantée selon la forme ordinaire, l’antienne d’offertoire n’a en aucun cas disparu, mais on ne peut la trouver que dans le « missel noté » et le « graduel triplex » de Solesmes.